Galerie
Galerie 2014
News

Record d'affluence pour l'Auvernier Jazz Festival

La sixième édition de l'Auvernier Jazz Festival vient de se terminer sur les notes de l'immense Hugh Masekela, qui a enchanté l'audience réunie au bord du lac de Neuchâtel. Cette édition est celle de tous les superlatifs.

Samedi le festival a attiré plus de 2000 personnes.C’est la plus forte affluence depuis le début du festival. Durant les 3 jours, le festival a accueilli plus de 4200 spectateurs enthousiastes du premier au dernier concert. Cela dépasse le record établi l'an passé.

Un grand cru au niveau musical

Avec la qualité des groupes présents cette année, la programmation n’a rien à envier aux grands festivals du pays. Vendredi soir, la grisonne Bibi Vaplan a su ensorceler les cieux de l’Auvernier Jazz Festival. La jeune femme a chassé les nuages avec douceur au son du piano et de ses chansons. Suivait la classe du trio luxembourgeois Reis Demuth Wiltgen. Enfin, le charme et le talent de Raphael Gualazzi ont fait mouche. Le crooner italien a terminé la soirée en acoustique au Caveau Godet pour une Jam session d’anthologie.

Le coup cœur 2014 du directeur et responsable programmation de l'Auvernier Jazz Festival : le concert de Nils Landgren Funk Unit. Jean Martin Peer se souviendra longtemps de ce concert samedi soir qui a totalement emporté le public. Les musiciens suédois ont fait danser l’assistance sur leurs rythmes endiablés. Un tout grand moment. La soirée avait débuté "funky" avec Phonixamadhi et s'est ensuite terminée en douceur avec la bossa nova de Stacey Kent, qui a d’ailleurs aussi repris Henri Salvador ou Serge Gainsbourg.

« S’il vous plait , ne nous oubliez pas »

La journée dédiée à l'Afrique du Sud en hommage à Nelson Mandela s’est déroulée dimanche. La projection d’"Un long chemin vers la liberté" de Justin Chadwick a ému le public. Ce film poignant a été suivi d’un cadeau des Mahotella Queens. Ces actrices de la lutte anti-apartheid ont chanté à capella, en avant-goût de leur concert, un titre hommage à Madiba. Ensuite un débat animé par Arnaud Robert (journaliste - Le Temps, RTS) a permis à plusieurs acteurs impliqués dans la société sud-africaine d’évoquer leur rencontre avec Nelson Mandela et de parler de leurs espoirs pour l’avenir du pays. Parmi eux, le photographe Adrian Steirn dont le projet 21icons (www.21icons.com) raconte les histoires de celles et ceux qui contribuent à faire vivre l’héritage de Madiba. Annabel Haslop de l’ambassade d’Afrique du Sud à Berne a déclaré au public : « Nous avons encore un long chemin à parcourir, s’il vous plait : ne nous oubliez pas ».

Bouquet final

Trois divas explosives ont animé la scène de l’Auvernier Jazz pour la dernière soirée. Les Mahotella Queens ont attisé la flamme dans le cœur des festivaliers. Enfin, le festival s’est terminé avec une des plus grandes étoiles de la musique sud-africaine, le grand Hugh Masekela. Un pur bonheur !

Keep in touch

Vos récents posts


@auvernierjazz


    galerie auvernier jazz